Revue Des Deux Mondes, Vol. 10 : 1er Avril, 1851 (Classic Reprint)

Revue Des Deux Mondes, Vol. 10 : 1er Avril, 1851 (Classic Reprint)

Book Title: Revue Des Deux Mondes, Vol. 10 : 1er Avril, 1851 (Classic Reprint)

Author: Jill Lepore

Format: Paperback | 786 pages

Publication Date: 12 Sep 2018

ISBN-13: 9780243017638

Excerpt from Revue des Deux Mondes, Vol. 10: 1er Avril, 1851 Que l'habile panégyriste des Guise me permette de prendre ici leur parti contre lui - mème: il attribue d'une manière tr0p absolue tous leurs actes à l'ambition; il en fait le mobile trop exclusif de leur con duite. A cet égard, je suis loin de partager son avis. Les Guise étaient ambitieux, qui peut le nier? Mais ils étaient croyans, mais ils étaient pénétrés d'une conviction profonde; ils avaient la foi. Certes ce n'était pas la religion indulgente et douce qui sait plaindre et consoler: la religion de saint François de Sales et de saint Vincent de Paule. Leur siècle était trop féroce pour la connaître. Ils avaient la foi - agressive et militante; la foi qui attaque, combat et punit. Pour ètre dure, cette foi n'en était pas moins vraie c'était du fanatisme si l'on veut, mais un fanatisme sincère; ces hommes, quelquefois coupables, n'étaient pas des hypocrites. Il faut bien se garder de confondre les entraînemens de la passion avec les calculs de l'hypocrisie. Jamais la ferveur religieuse n'aurait eu cette force d'expansion, si elle était sortie tout armée du cerveau, au lieu d'avoir germé dans le coeur: huguenots, catholiques, tous crevaient alors, et croyaient fermement. S'il y avait des hypocrites quelque part, ce n'était point parmi les plus grands et les plus forts, surtout ce n'était point parmi les hommes de guerre; le scepticisme hantait peu les camps et se cachait rarement sous l'armure. La foi était alors une vertu éminemment militaire. Alexandre VI et Jules II avaient régné pendant cette mème période où Bayard, sur le champ de bataille, expirait en baisant la croix de son épée. Tandis que Charles de Lorraine, un prince de l'église, faisait des concessions à l'hérésiarque Théodore de Bèze François de Lorraine, un soldat, déclarait qu'il n'en tendait pas grand chose à toutes ces disputes, mais qu'il ne cédait rien de ce qu'il avait appris sur les genoux de sa mère. About the Publisher Forgotten Books publishes hundreds of thousands of rare and classic books. Find more at www.forgottenbooks.com This book is a reproduction of an important historical work. Forgotten Books uses state-of-the-art technology to digitally reconstruct the work, preserving the original format whilst repairing imperfections present in the aged copy. In rare cases, an imperfection in the original, such as a blemish or missing page, may be replicated in our edition. We do, however, repair the vast majority of imperfections successfully; any imperfections that remain are intentionally left to preserve the state of such historical works.